Partagez|
MessageSujet: Elise Bettancourt ~ Bourreau de charme ~ PARIS Ven 30 Déc - 15:00
Admin
Elise Bettancourt
ft.Amanda Seyfried

Âge : 30 ans
Statut sanguin : Moldu et on ne peut plus fière de l'être !
Situation conjugale : Divorcée d'après les dires d'Adam... mais, en ce qui me concerne, lui et moi sommes toujours mariés ! Jusqu'à ce que la mort nous sépare... N'est-ce pas là ce que nous nous sommes jurés ?
Métier/études : Maître des bourreaux de l'Ordre parisien
Entité abritée : aucune !
Pouvoir(s) : le don inné et inégalé de faire confesser n'importe quel prisonnier et sans avoir besoin pour cela de la moindre magie !
Arme(s) : de préférence celles qui infligent les plus douloureuses des blessures et les plus lentes et abominables des agonies
Aptitude(s) spéciale(s) : génie absolu dans l'art de la torture
Signes distinctifs : une balafre qui occupe l'intégralité de mon dos
Caractère

Folle à lier, cela fut médicalement prouvé ~ Je n'oublie ni ne pardonne jamais rien ~ Possessive ~Jalouse ~ Implacable ~ Cruelle ~ Manipulatrice à souhaits je ne me montre sociable ou aimable que lorsque cela me sert ~ Si je possède un cœur alors celui-ci est de givre ~ Sans scrupules ni la moindre once de morale ~ Epicurienne je ne boude jamais mes plaisirs ~ Joueuse ascendant perverse   Méprisante ~ Revancharde ~ Intelligente ~ Haineuse ~ Loyale à l'Ordre bien que certains puissent en douter ~ Passionnée dans mes obsessions et mes perversions ~

La Guerre & Moi

S'il y a une chose que je ne tolère pas ce sont ces gens qui se cachent derrière la guerre pour justifier la monstruosité de leurs actes ! Si je suis un monstre ce n'est certes pas parce que la guerre m'a forgée mais parce que je l'ai choisi ! La guerre ne décide jamais de rien ! Elle ne fait que nous révéler à nous-mêmes, nous aider à prendre conscience de nos vraies natures et de nos réelles capacités. Pour certains cela mène au néant. Pour d'autres, comme moi, cela mène au sommet. J'aime la guerre. Pour cette violence qu'elle sait si bien faire naître dans nos âmes. Pour ces pulsions assassines qu'elle nous donne l'opportunité d'assouvir, d'accomplir. Pour ce chaos dans lequel elle plonge le monde et dont ne réchapperont jamais que les plus forts. Moi en tête. La guerre me disiez-vous ? Si je devais la qualifier alors je dirais qu'elle est comme une mère pour moi.


Mon Histoire


Bien que cela me paraisse aujourd'hui bien loin, il fut un temps où je fus ce que les gens trop bien pensant nommaient une fille bien. Une enfant rieuse et joyeuse qui se contentait de vivre paisiblement auprès de ses parents commerçants moldus. Une époque, aujourd'hui si méprisée qu'elle m'est cauchemar, où je ne nourrissais d'autres ambitions que de poursuivre mon petit bonhomme de chemin. Mais l'innocence finit toujours pas s'étioler et périr. La mienne ? Elle me fut arrachée par ces monstres de sorciers qui, alors que je venais de fêter mes seize ans, jaillirent dans l'échoppe de mes parents. Mon père... Ma mère... Ils furent volés, torturés et assassinés sous mes yeux impuissants mais qui, déjà, apprenaient la haine la plus pure qui soit. Quant à moi... est-il vraiment nécessaire de préciser tous les outrages que ces porcs m'infligèrent ? Cette soirée là, plus que ma virginité, ce fut mon humanité qui me fut arrachée à chacun des coups de reins de ces butors ! Et lorsqu'ils partirent, me laissant pour morte, je jurais dans ce sang que je crachais, de me venger. D'eux... et de tous les autres sorciers  qui auraient le malheur de croiser ma route désormais assassine.

N'ayant plus rien qui me retienne à Paris si ce n'est les plus atroces des cauchemars, je quittais la France et parcourus ce monde que je réalisais alors pleinement être en guerre. De chacune de mes pérégrinations je tirais avantage, nouant dans l'intimité des couches où je m'allongeais les plus sulfureuses des alliances, gagnant centime après centime cette fortune que mes charmes insolents et mes talents inégalés de salope me permirent d'amasser. Traînée, catin, prostituée, pute, fille de joie... autant de noms fleuris pour décrire ce que je devins alors. Une femme de petite vertu ? Non, une femme sans plus la moindre once de vertu... ni même de conscience d'ailleurs ! Ces sorciers que je menais à ma couche, je les baisais pour mieux les détrousser et les assassiner avant l'aube. Ces hauts dignitaires de l'Ordre que je laissais me sauter, parfois même pour rien, j'en fis mes protecteurs et mes mécènes. Et de fille de rien j'étais sur le point de devenir la plus riche et influente des catins que le monde ait jamais connu... quand je le rencontrais, lui. Adam Bettancourt. Un monstre de perversion qui éveillait, intriguait et eut vite fait de faire succomber cet autre monstre qui, depuis si longtemps, sommeillait en moi.

Adam fut ma seule, mais si tragique, erreur. Pour lui j'aurais pu renoncer à tout, même à ma haine, ma vengeance et même consentir à me faire soigner moi que l'on avait si bien diagnostiquée psychopathe. Mais l'amour n'est qu'une illusion meurtrière où l'un finit toujours par assassiner l'autre. Et de cette leçon si cinglante que mon époux m'infligea lorsqu'il me répudia, je sus tirer mon parti. Disparaissant une fois encore... mais pas pour aller loin cette fois. En fait je proposais une fois de plus mes services. Aux meilleurs des maîtres : l'Ordre ! Puisque cette machine implacable possédait la puissance absolue alors elle serait celle grâce à qui je pourrais assouvir chacune de mes vengeances. Mais, pour cela, il me fallait gagner sa confiance, faire mes preuves. Et c'est ce que je fis. En écartant aussi bien les lèvres que les cuisses, d'abord. En espionnant, trahissant et tuant, ensuite. Et en devenant, au final, la plus parfaite des bourreaux. Mes innombrables amants et maîtresses, car en matière de sexe tous les plaisirs sont bons à prendre, me poussaient à embrasser de plus paisibles et féminines carrières mais, moi, j'aimais et aime toujours ma tâche. Quoi de plus exquis dans l'existence que de jouir en infligeant aux autres les pires des souffrances et les plus lentes des agonies ? La réponse, je vous aide est : rien. Rien n'est meilleur que cela.

Cela fait désormais deux ans que je suis devenue ce bourreau que tous les prisonniers des ruches parisiennes craignent peut-être plus encore qu'ils ne redoutent la mort. Ce qui ne m'en plaît que plus encore ! Deux années passées à observer, du fond de cachots dans lesquels j'officie, le monde changer. Mes petits serins brisés de prisonniers ont chanté, me contant le retour des Entités et tant d'autres petits secrets dont je suis aujourd'hui prête à me servir pour mieux assouvir chacune de mes vengeances. Et, désormais, elles sont nombreuses ! Qu'importe ! Cela n'en rend le jeu que plus passionnant encore !

avatar
Messages : 87
Date d'inscription : 11/08/2016
Localisation : Rome
Le Nouvel Ordre
Voir le profil de l'utilisateur http://chouchounettetest.forumactif.org
Le Nouvel Ordre
MessageSujet: Re: Elise Bettancourt ~ Bourreau de charme ~ PARIS Ven 30 Déc - 15:03
Admin
Mes Amis, Amours, Emmerdes...

Adam Bettancourt



Si j'ai jamais aimé ou laissé la passion dévorer mon être c'est à Adam que je le dois. Dès que je le vis je sentis les papillons envahir mon bas ventre et je sus que, jusqu'à la mort, il serait le seul qui importerait jamais pour moi. N'ai-je, pour lui, pas été jusqu'à oublier ma haine de ce sang sorcier que je sais être le sien ? Pour lui n'ai-je pas consenti à bien des efforts, bien des sacrifices ? Si ! Mais Adam n'a pas su apprécier à sa juste valeur mon amour dont il s'est pourtant, pendant quelques trop courtes années, repu. De l'une de ses filles il avait fait de moi sa maîtresse, sa femme même. Mais, jamais, il ne consentit à faire de moi cette mère que je rêvais de, pour lui, devenir. Jamais il ne consentit plus à faire de moi cet essentiel que, lui, était pour moi. Et lorsque, lassé, il se débarrassa de ce jouet que je réalisais avoir été pour lui j'en conçus un chagrin que je ne pensais jamais éprouver ! Et une haine furibonde qui, aujourd'hui, pourrait bien se retourner contre Adam ! Je hais cet homme ! J'aime cet homme... Je veux sa tête au bout d'une pique ! Je veux me noyer entre ses bras et ses draps. Et puisque la méthode douce ne semble plus guère fonctionner avec lui alors c'est la guerre que mon époux aura ! Tendre ou à mort ? A lui de choisir. Mais qu'Adam n'oublie jamais, lui qui me connaît mieux que personne, que je ne supporte que mal que l'on me rejette et que la défaite est un mot que je me refuse à seulement comprendre. Et si, pour le ramener à moi, je dois faire de sa vie un enfer alors je le ferais ! Après tout, deux monstres tels que nous, ne peuvent s'aimer que dans la fureur, non ?  




Serena McAllister




Elle n'était qu'une enfant lorsque l'un des clients d'Adam la lui offrit en paiement de ses dettes. Rien qu'une gosse... Une saleté de mioche qui, sans même que je m'explique, parvint en quelques jurons, oeillades et doigts impolis levés si haut à faire d'Adam le plus servile des hommes ! Cette enfant était parvenue à obtenir de mon époux ce que je m'échinais, en vain, à gagner ! Oh il n'y a jamais eu entre eux cette attirance sexuelle et charnelle que je craignais tant de voir naître mais cela n'en rend leur relation que plus insupportable encore pour moi. Si Serena était devenue sa maîtresse alors je sais qu'Adam aurait fini par s'en lasser comme il se lasse toujours de toutes les autres ! Mais puisqu'elle est devenue, pour lui, comme une fille... Comme cet enfant qu'il se refusa toujours à me faire... Là, je ne peux pas lutter. Et cela me rend, aujourd'hui plus que jamais, ivre d'une fureur sourde et meurtrière. Assassiner cette petite pimbêche insolente et inconsciente, cela me serait aisé. Mais cela serait aussi perdre la moindre chance de voir Adam me revenir. Il me faut donc adopter une autre tactique. L'une de celle qui finira par me donner un ulcère tant elle me révulse ! Car me voilà aujourd'hui, moi qu'aucun homme n'a jamais fait plier, en train de tout faire pour complaire à cette mijaurée bien trop gâtée ! Je veux gagner la confiance de Serena, en faire cette alliée qui m'ouvrira les portes du cœur d'Adam. Et cela semble fonctionner puisque la petite gourde me considère comme son amie... Si seulement elle savait... A quel point je peux la détester ! A quel point je rêve de la voir tomber en disgrâce aux yeux d'Adam ! Et lorsque cela sera fait alors, oui, je me ferais une joie de l'égorger cette saloperie de dinde !




Angélique Daubigney




N'y a-t-il pas quelque chose de sinistrement ironique dans ce lien étrange qui nous lie elle et moi ? Je hais Angélique ! Vraiment. De façon si viscérale que rien que le fait de penser à elle me refile des crises d'urticaire et les plus irrépressibles des envies de meurtre ! Elle est cette petite princesse de l'Ordre auprès de qui Adam grandit... et pour laquelle il développa une affection aussi dégoulinante qu’écœurante qui, à une époque, se mua même en un sentiment proche de l'amour. Beaucoup trop proche même... Adam était amoureux, elle non. Fin de l'histoire ? Pas vraiment, non. Lui peut bien dire ce qu'il veut je demeure persuadée que si la blonde le voulait bien alors il ferait d'elle son essentiel. Lui donnerait ce qu'il m'a toujours refusé, à moi ! Et c'est cette grue qui, aujourd'hui, entend me sauver de moi-même ? Non mais quelle mauvaise plaisanterie ! Angélique, en effet, semble s'être mis en tête que je devais être aidée... Bah voyons... Que ma folie, ma propension à verser dans la cruauté n'est qu'une manière pour moi de digérer mon divorce... Elle est chef d'escouade ou psy celle là ?! Ridicule ! Vraiment ridicule ! Mais... pas inintéressant non plus. Après tout si elle veut devenir mon amie pourquoi refuserais-je ? Me rapprocher d'elle, gagner sa confiance et son écoute sont autant de moyens pour moi de me rapprocher d'Adam. Alors que le grand bal de l'hypocrisie commence ! Mais que la donzelle se méfie. Car l'amitié, tout comme les promesses, n'engage jamais que ceux qui ont la bêtise d'y croire.  Ce qui n'est, évidemment, pas mon cas. Peut-être sa mort, ou tout du moins sa disgrâce, affecterait-elle mon si inébranlable mari ? L'homme est sans cœur mais pour ceux qu'il aime, Angélique en premier, il est prêt à tout. Ca tombe bien car il semblerait que ma trop bonne protectrice soit sur le point de courir bien des dangers. Une bien mauvaise âme ayant, anonymement bien sûr, dénoncé Angélique aux nouveaux Grands Maîtres. Le motif ? Collusion avec l'ennemi. Angélique fréquente bien trop de sorciers, non ? On murmure même qu'elle connaîtrait l'identité de plus d'un Elu mais garderait le secret. Voilà qui pourrait lui valoir le bûcher, non ? Quelle vilaine âme que celle qui la dénonça ! Oui, je suis mauvaise et je l'assume parfaitement bien !  




Adrien de Habsbourg




Lorsque j'appris la si parfaite rédemption d'Adrien je dois bien admettre que j'en fus, sincèrement pour une fois, surprise. Et, je ne peux le nier, quelque peu déçue aussi... Je ne connaissais de ce chef de la Résistance que ce que la rumeur publique en disait mais, oui, je me l'étais imaginé plus combatif ! Mais, maintenant que lui et moi sommes amenés à nous côtoyer régulièrement, je dois bien dire que j'aime l'homme sombre et délicieusement cruel qu'Adrien est en passe de devenir. Le voir trahir ces sorciers, ces êtres qu'hier encore il devait nommer ses amis... Le voir venir me les livrer pour que je les torture à loisir avant que de les mener au bûcher... J'avoue : j'en jouirais presque ! Peu importe qui était Adrien hier. Aujourd'hui il est un bébé monstre que je m'impatiente de voir grandir et déployer, non pas ses ailes, mais son potentiel de perverse cruauté. Certes, le bonhomme est né sorcier mais maintenant qu'il a été exorcisé et conditionné... Maintenant qu'il est devenu l'un des plus zélés et efficaces serviteurs de l'Ordre... Adrien me plaît ! Vraiment. Beaucoup.   Tous les deux ne pouvons que nous entendre, non ? Ce sang qui macule nos mains, ces morts qui dansent sur nos âmes, cet empressement à faire de l'Ordre une machine plus implacable encore... Notre haine affichée et avérée des sorciers... Oui, j'en suis persuadée, Adrien et moi ferons les meilleurs des amis ! Et c'est en tant qu'amie que j'entends bien libérer le repenti de son plus gros défaut. Pour ne pas dire boulet. Cette femme qu'il eut jadis l'inconscience de faire sienne et qui lui donna même une fille. Gaëlle ? Une erreur qui pourrait entraver la carrière de mon ami... Il assure ne plus l'aimer, ne plus même se soucier de son sort. J'adore Adrien mais, sur ce coup là, je ne le crois pas ! Et comme je sais à quel point il est difficile d'oublier un amour passé je vais aider mon ami. Comment ? Mais en envoyant Gaëlle au bûcher bien sûr ! C'est beau mon sens de l'amitié, non ? Adrien me remerciera plus tard.  




Gaëlle de Habsbourg/ Romy Mayfair




Elle n'était pour moi qu'un visage noyé parmi tant d'autres. Que l'un de ces corps que je suppliciais avant que de me délecter de le voir se briser sous mes tortures exquises. Je n'ai fait que ce que l'on attendait de moi... les raisons en importaient peu. L'Ordre voulait que je la brise ? Je l'ai fait. Et très bien fait même ! Et si l'on ne m'en avait, au dernier moment, retenue alors j'aurais aussi arraché de son ventre cet enfant qu'elle portait quand elle me fut livrée. Oui, pour moi Gaëlle n'était qu'une victime parmi tant d'autres. Et je dois bien dire que je fus déçue qu'on me l'enlève avant que je n'ai pu la faire passer de vie à trépas ! Cette femme aux apparences bien trop douces et dociles pour être réelles cache plus d'un secret... le plus drôle étant sans doutes que cette bécasse à la mémoire en mode gruyère n'a pas même conscience de qui elle est vraiment. De ce qu'elle est réellement ! Mais moi, si. Et plus j'en apprends sur elle plus je dois bien avouer être surprise ! Au début je pensais que ces violentes sautes d'humeur et de comportement qui la faisaient passer de l'ange trop doux à la furie en mode pétard étaient de simples conséquences de tous les mauvais traitements reçus mais... non. L'ange Gaëlle cohabite vraiment avec la sulfureuse Romy. Comment ? Pas la moindre foutue idée ! A moins que l'Entité que l'exorciste que je suis a détecté en ses chairs ne soit responsable de ce flagrant dédoublement de personnalité ? Peut-être bien... Quoiqu'il en soit Gaëlle  et son alter égo Romy se doivent d'être éliminées ! Pour le bien être d'Adrien, en premier lieu. Pour la sécurité de l'Ordre, ensuite. Pour mon plaisir égoïste enfin. Et si vous voulez tout savoir je sens que je vais adorer faire de cette erreur de la nature ma plus belle œuvre !  




Roméo Rookwood




Il  est des êtres qui semblent prédestinés à devenir vos ennemis les plus acharnés. Et si je me glorifie de compter quelques beaux spécimens du genre à mon tableau Roméo est, de tous et de très très loin, le plus furibond de tous ! De celui qui n'a de cesse de jurer, en beuglant généralement, qu'il aura ma peau... et, de vous à moi, pour une fois cela n'a rien de sexuel ! Heureusement car, aussi nombreuses soient les grues à se pâmer devant ce bellâtre, cet enfoiré de sorcier n'a vraiment rien pour me plaire.  Et puis, entre nous, la hache de guerre est déterrée depuis bien trop longtemps pour que cela se finisse autrement que par la mort de l'un de nous ! Tout a commencé alors que je débutais en tant que bourreau. Le hasard voulut que je sois envoyée à Rome et que, pour me faire la main, on me présente Raziel Rookwood... le père de Roméo. Et vu l'état dans lequel le sorcier récupéra son petit papa d'amour je crois que la haine viscérale qu'il me porte est des plus légitimes. Même si son ingratitude me sidère … Raziel était encore en vie, non ? Nombre de mes jouets n'ont pas eu autant de chance ! Et, comme si cela ne suffisait pas, voilà que j'apprends qu'il est celui qui a engrossé la douce Eden ? Idée pour le moins surprenante de sa part, insensée quand on sait ce que représente Eden pour l'Ordre... Mais merveilleuse opportunité pour moi ! Roméo n'était que mon ennemi à moi. Il est désormais, et de manière tout ce qu'il y a de plus officielle, l'ennemi numéro un de l'Ordre ! Autant dire que quoique je puisse faire contre lui mes supérieurs ne pourront que me bénir ! Alors jouons ! Roméo a voulu la guerre ? Qu'il se réjouisse il vient de l'obtenir. Et celle-ci ne pourra prendre fin qu'une fois que l'un de nous aura succombé aux foudres de l'autre. Est-il nécessaire de préciser que je compte bien faire en sorte que ce soit lui le cadavre et moi celle qui danserait dessus ? !  




Eden Corigan




D'elle je ne savais que ce que les uns et les autres en chuchotaient lorsqu'ils étaient certains de ne pas être entendus. Eden Corrigan ? Une princesse bien trop gâtée qui avait perdu la tête et la raison pour ce bien trop beau sorcier de Roméo... Honnêtement rien que ce si mauvais choix eut suffi à me la rendre des plus antipathiques ! Quand, comme elle, on a le monde de l'Ordre à ses pieds on ne le rejette pas ! Surtout pas pour un imbécile dragueur et incompétent comme Rookwood … Cette fille mériterait une bonne leçon ! Et une bonne paire de claques ! Peut-être que cela lui remettrait la cervelle à l'endroit... Mais contre toutes attentes, et quelque part pour ma plus grande surprise à moi aussi, je ne serais pas celle qui les lui infligera. Parce que je n'arrive pas à haïr cette femme enfant. Pire, je crois que j'éprouve pour elle une sorte d'incompréhensible mais pas moins viscérale envie de la protéger. Comme si je répondais à une volonté supérieure à laquelle il me serait impossible de résister... Possible en fait. Car, bien que les Grands Maîtres si fraîchement nommés tentent encore de le cacher au monde, je sais qu'Eden est cette enfant surnaturelle née de la volonté des Entités. Ces dernières sont nos ennemies mais si, comme je le pense, elles sont soumises à la volonté d'Eden... Alors convaincre celle-ci d'embrasser, une bonne fois pour toutes, la cause de l'Ordre ce serait rallier les Entités aussi, non ? Plus facile à dire qu'à faire ? Certes mais pas impossible pour autant. Eden sous ses dehors parfois bien rebelles n'en demeure pas moins une fleur trop fragile qu'un rien pourrait faire basculer définitivement. Et je me chargerais bien volontiers d'être celle qui l'y aiderait ! La donzelle se méfie encore de moi mais je ne désespère pas de la convaincre de ma bonne foi. Je deviendrais sa meilleure amie et, ensuite, je briserais son couple. Ou comment faire d'une pierre trois coups : briser Roméo, retourner Eden et obtenir de l'Ordre une récompense pour lui ramener la brebis égarée.  Je suis peut-être folle mais je n'en demeure pas moins géniale, vous ne trouvez pas ?




avatar
Messages : 87
Date d'inscription : 11/08/2016
Localisation : Rome
Le Nouvel Ordre
Voir le profil de l'utilisateur http://chouchounettetest.forumactif.org
Le Nouvel Ordre
MessageSujet: Re: Elise Bettancourt ~ Bourreau de charme ~ PARIS Sam 31 Déc - 1:44
Admin
FINI !!! & à faire valider par mes chouchounoux cheers
avatar
Messages : 87
Date d'inscription : 11/08/2016
Localisation : Rome
Le Nouvel Ordre
Voir le profil de l'utilisateur http://chouchounettetest.forumactif.org
Le Nouvel Ordre
MessageSujet: Re: Elise Bettancourt ~ Bourreau de charme ~ PARIS
Contenu sponsorisé
Elise Bettancourt ~ Bourreau de charme ~ PARIS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Paris by night] Manuela de la Vega + Elise de Rochebrune
» Moving to Paris
» 17/10 - PTQ Paris - Paris
» Outpost Bus pour le GP Paris !
» NabazParis : le script des lapins de Paris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chouchounettetest :: L'Enfer des Admins :: Les Chuppa Chups de Pv's :: Les Exorcistes-
Sauter vers: