Partagez|
MessageSujet: Vincent Thorne ~ Hacker recherché par l'Ordre ~ PARIS Jeu 29 Déc - 21:24
Admin
Vincent Thorne
ft.Neels Visser

Âge : 19 ans
Statut sanguin : Pur
Situation conjugale : Célibataire mais plus qu'intéressé par Serena McAllister
Métier/études : Hacker pro activement recherché par l'Ordre pour ce que cela a d'amusant...
Entité abritée : Asmaan
Pouvoir(s) : le contrôle mental de n'importe quel système informatique... et ça vous étonne que je sois le meilleur hacker qui soit ?  
Arme(s) : je n'aime pas les armes et n'en possède aucune
Aptitude(s) spéciale(s) : hacker pro
Signes distinctifs : une cicatrice : petit souvenir d'un interrogatoire mené par cette pute d'Astrid Granger !
Caractère

Désabusé et amer mais avec l'histoire familiale que je me traîne l'inverse eut été miraculeux ! ~ Borné je ne laisse personne décider pour moi ~ Foncièrement indépendant et libertaire je déteste autant les miliciens de l'Ordre que les réseaux de Résistance ~ A mes yeux le vrai courage est de refuser la guerre ~  Moqueur et taquin je rends souvent les gens fous... et j'adore cela !  ~ Un peu trop grande gueule et trop franc cela me vaut autant d'ennemis que d'ennuis ~  Loyal et fidèle... à moi-même et cela est déjà beaucoup. A Serena aussi mais je suis bien trop orgueilleux pour le lui laisser comprendre ! ~ Opportuniste et menteur mais dans ce monde de cinglés c'est quand même le meilleur moyen de survivre et de rester libre. Oui, la fin justifie toujours les moyens ! ~ Bien plus utopiste et rêveur que je ne consens à l'admettre ~ Et, oui, je suis sentimental mais je préférerais crever que de le reconnaître ! ~ Un sale petit con à ce qu'il s'en dit et, oui, j'en suis très fier !

La Guerre & Moi

Cela peut paraître très con à dire mais, non, je n'ai pas choisi d'être ce que je suis aujourd'hui devenu. Et, si j'en avais seulement eu le choix, alors c'est une toute autre vie que j'aurais choisi de vivre. Pas cette éternelle fuite en avant où je ne sais jamais de quoi demain sera fait... ni même, d'ailleurs, si je verrais seulement la prochaine aurore se lever. La guerre, comme sans doutes la majorité des autres Elus, je ne l'ai pas choisie. J'en ai héritée. Un vieil album photo, deux ou trois bibelots et une somme rondelette m'auraient largement suffi à moi ! Mais, non, je n'ai pas eu de putain de choix ! La guerre m'en a privé... et, pour ça, je conchie cette chienne pas même tangible que je rêve de voir crever un jour sans la moindre chance, j'en suis au moins conscient, de voir mon rêve se réaliser un jour. Les uns et les autres... Les miliciens comme les résistants... Tous se battent et s'opposent à mort en jurant qu'ils remporteront la guerre. Ajoutant même avec arrogance qu'ils y mettront un terme. Foutaises ! Mensonges ! Ou, pire, suicidaires illusions... La guerre ne finira jamais. Il y a un siècle nos ancêtres se la livraient déjà. Pour des raisons différentes mais, déjà, ils combattaient. Ils sont morts, nous laissant en héritage leurs rancoeurs et leurs haines. Aujourd'hui nous sommes condamnés à terminer ce qu'ils ont commencé ?  Connerie ! Car, dans un siècle, ce seront nos enfants qui recommenceront la guerre, la poursuivant à l'endroit où nous l'aurons abandonnée. Les enfants finissent toujours par payer pour les crimes des parents. Et la seule leçon à retenir est, à mes yeux, celle-ci : à la fin, la seule gagnante, celle qui demeurera éternellement debout, c'est la Guerre elle-même . Triste, non ? Peut-être, mais lucide.


Mon Histoire


Ma vie ? Un putain de mensonge... Et tous ces souvenirs heureux que je gardais de mon enfance explosèrent lorsque, enfin, la vérité me fut révélée. Cet homme que j'appelais   « Papa » ... Donovan, mon «  frère » ... Rien que des mensonges ! La vérité, la voici...

Je m'appelle Vincent Thorne et, il y a plus d'un siècle maintenant, mes arrières grands-parents scellèrent ce qui est aujourd'hui mon destin maudit. Lui, se prénommait Lucan. Un Mangemort aussi sanguin que décérébré qui après s'être amouraché de celle qui finit par le plaquer, trouva un semblant de paix auprès de cette autre femme dont il fit son épouse, la bien trop douce Whisper Morgenstern. Un couple qui aurait peut-être pu trouver la rédemption et la paix si une Entité n'était pas venue bouleverser la donne... et pourrir à jamais ces gênes dont j'héritais à ma naissance. Lorsque l'existence de ces créatures surnaturelles fut révélée à un monde pas vraiment prêt à les accueillir, les Elus comme mes arrières grands-parents furent traqués et, pour la plupart, assassinés en place publique. Mais Lucan et Whisper, eux, en réchappèrent. A croire que l'argent peut, vraiment, tout acheter... Soudoyant des hauts dignitaires déjà bien corrompus mon arrière grand-père s'offrit le luxe ultime de couler les plus paisibles des jours entouré de sa femme et de leurs enfants et de leurs deux petits fils. Mon père Alexandre et son frère David. Belle histoire, n'est-ce pas ? Peut-être mais les contes de fées n'existent pas. Et ma famille finit par être rattrapée par ses démons et ses crimes.

Mon père, lorsqu'il atteignit ses dix ans, développa ses premiers pouvoirs sorciers... et une conscience un peu trop aiguë de l'horreur de la guerre. Des années plus tard, refusant la neutralité passive et coupable de ses parents et grands-parents, il eut vite fait de rejoindre les réseaux de Résistance locale où il finit par se faire un nom et par acquérir une sacrée réputation. Mon grand-père était un Mangemort. Mon père, lui, fut un héro... Et comme nombre d'autres héros, c'est ainsi qu'il périt. Dévoré par les flammes d'un bûcher parisien. Condamnant alors chacun des membres encore en vie de notre lignée. Mes arrières grands-parents, toujours aussi courageux, fuirent en Amérique du Sud où, de ce que j'en sais, ils moururent de leur bien trop belle mort. David, mon oncle, demeura lui. Courageux le tonton ? Non. Seulement très épris de la veuve de son frère... De celle qui m'avait à peine donné le jour qu'elle l'épousait. Et, deux ans plus tard, lui donnait un autre fils : Donovan. Ma famille ou l'art de l'imbroglio sentimental, du mensonge et de la couardise la plus totale !

Pendant des années je vécus auprès de ces menteurs, gobant chacune de leurs couleuvres, éprouvant pour eux un amour et un respect qu'ils ne méritaient pas le moins du monde. Et, je dois bien le dire, je fus heureux. L'un de ces sales gosses de riches qui pensent que leur fortune peut tout acheter... à croire que le sang pourri qui coule dans mes veines déteignait sur moi ! Renvoyé d'à peu près toutes les écoles où je fus envoyé... Arrêté à maintes reprises pour m'être, devant témoins, un peu trop bien insurgé contre un Ordre que je jugeais déjà injuste... Soupçonné de collusion avec une Résistance que je conchiais pourtant autant que la milice... J'étais promis au plus sombre des avenirs. Plus sombre encore que je ne l'aurais imaginé d'ailleurs !

Mon existence toute entière bascula réellement le jour où, il y a tout juste deux ans, un mandat d'arrêt fut lancé contre moi pour piratage des systèmes d'informations et de sécurité de l'Ordre londonien. Ce n'était pour moi qu'un jeu... mais je le payais cher. Et Donovan plus encore. Lorsque les miliciens vinrent m'arrêter j'étais absent. Et, en représailles, ce fut mon demi-frère qui fut embarqué et conduit à la Ruche. Lorsque je revins enfin je tombais sur David qui, sous le coup de la colère et de la peur, finit par me cracher toute la vérité au visage. Que je n'étais pas son fils … Que j'étais un monstre inconscient et égoïste qui venait de condamner mon demi-frère... Le ton entre nous était monté et nous en vînmes aux mains et aux poings. Ce soir là je quittais cette maison pour ne plus jamais y revenir. Je n'en avais d'ailleurs pas intérêt, David ayant juré qu'il me livrerait à l'Ordre sans la moindre hésitation si cela lui permettait de récupérer son fils, le vrai... C'est pas beau la famille quand même ?

Depuis, ma vie n'est qu'une constante fuite. Traqué par des milices acharnées qui entendent récupérer ces informations que je leur ai subtilisées mais dont, comble de l'ironie, je ne suis pas encore parvenu à percer le code... Rejeté par ma propre famille... Je suis devenu un fuyard. Et puisque l'on a fait de moi un dangereux pirate informatique je ne me gêne plus pour monnayer mes services. Il faut bien que je vive ! Devenu une ombre sans plus d'identité réelle ni le moindre port d'attaches j'atterris, seulement quelques semaines après le début de mon périple, dans la ville des lumières, Paris. Et je n'entends plus en bouger ! Jamais...

Parce que, ici, c'est mon destin que j'entends reprendre en mains. Plus jamais je ne laisserais qui que ce soit décider pour moi ! Plus jamais je ne serais le jouet d'un destin pervers ou d'une guerre que je refuse obstinément ! Pas la mienne... jamais la mienne ! Et quand bien même l'Entité en moi entend me persuader du contraire, je refuse d'endosser la responsabilité de mon rôle d'Elu. Si certains veulent se suicider pour une bonne cause, grand bien leur fasse ! Mais ce sera sans moi ! Moi, tout ce que je veux, c'est enfin me poser et vivre. Libéré du poids de l'héritage familial. Mais, pourquoi pas, prisonnier des yeux de biche d'une adorable garce ?  Amusant mais quelque chose me dit que mon coup de cœur pour Serena me mènera droit là où je refuse jusque là d'aller... Après tout, s'il est une leçon à tirer de l'histoire de l'Humanité n'est-ce pas que, quelle que soit la guerre, les hommes finissent par y entrer, non pas seulement par haine de leurs ennemis, mais par amour pour une femme qu'ils veulent protéger ? Oui, l'humain est con. Et je ne fais pas exception à la règle !

avatar
Messages : 87
Date d'inscription : 11/08/2016
Localisation : Rome
Le Nouvel Ordre
Voir le profil de l'utilisateur http://chouchounettetest.forumactif.org
Le Nouvel Ordre
MessageSujet: Re: Vincent Thorne ~ Hacker recherché par l'Ordre ~ PARIS Jeu 29 Déc - 21:24
Admin
Mes Amis, Amours, Emmerdes...

David Thorne




J'ai toujours cru que ces tensions entre lui et moi étaient normales. Que tous ces affrontements où nous en venions parfois même aux mains étaient le lot de tout père et fils... Qu'il était déçu par mon comportement trop désinvolte et parfois, je l'admets, aussi irrespectueux qu'irresponsable. Mais, quelque part, j'avais toujours espéré que les choses finiraient par s'arranger. Et que lui et moi finirions par nous entendre. Qu'un jour celui que j'appelais Papa serait enfin fier de moi et saurait me dire qu'il m'aimait.  Quel idiot j'ai pu être... David ne m'a jamais aimé ! Pour lui je n'étais que ce gosse qui, à chaque jour qui passait, ressemblait bien trop à son défunt frère. Pour lui je n'étais que le souvenir, bien trop vivant, que ma mère en avait aimé un autre avant lui. Je l'aimais comme un père. Il me haïssait sans doutes déjà. Et lorsque Donovan fut raflé, emprisonné et tomba en esclavage à ma place David saisit l'opportunité de, enfin, laisser éclater sa rage contre moi. Il aurait pu me laisser m'expliquer, m'offrir une chance de racheter mes fautes et d'aider ce frère que j'aime vraiment. Mais David ne le fit pas, ne me laissant d'autre choix que celui de fuir si je ne voulais pas qu'il me dénonce à l'Ordre. Depuis nous ne nous sommes pas revus ni même parlés. Mais je sais qu'il n'a jamais perdu ma trace, me fait toujours suivre et surveiller par ses hommes. Sans doutes parce qu'il espère, à une première occasion que je n'entends pas lui laisser, me choper et me livrer à l'Ordre contre la libération de son seul véritable fils... Avant je n'étais qu'un hacker pro, intéressant mais pas assez de valeur pour justifier la libération d'un esclave. Mais aujourd'hui que je suis un Elu... L'Ordre paierait cher pour mettre la main sur moi ! Et David le sait. On dirait qu'entre lui et moi les choses ne sont pas prêtes de s'arranger... Il fera tout pour sauver son enfant, je comprends. Mais, moi, je ferais tout pour rester libre. Vraiment tout.  



Donovan Thorne



Les gens qui pensent me connaître seront les premiers à vous le dire : je suis un égocentrique ascendant connard qui ne tient à rien ni encore moins à personne... Faux ! Et je me contrefous de ce que le sang peut bien dire Donovan est mon frère ! Vraiment ! Depuis que nous sommes tout petits j'ai toujours veillé sur lui, pris soin de lui quand David était trop ivre ou trop occupé par ses affaires louches pour daigner faire son boulot de père. C'est moi qui lui préparais à manger, l'aidais à faire ses devoirs ou lui apprenais à se défendre quand les enfants du quartier s'en prenait au sale petit sorcier qu'il était.  Donovan ? C'était la meilleure part de moi-même. La preuve vivante que je pouvais faire du bien, m'occuper de quelqu'un d'autre que moi... la preuve que je n'étais pas aussi mauvais qu'on le disait en somme. Alors, non, jamais je n'aurais pu vouloir ce qu'il lui est arrivé ! Pour le protéger j'aurais pu donner ma vie... Aujourd'hui mon frère est devenu un esclave et cette idée me hante et me torture à chaque instant. La culpabilité m'écrase et je sais que tant que je n'aurais rien fait pour le libérer il en sera ainsi. Je sauverais mon frère. Quoiqu'il m'en coûte ! A quoi servirait donc d'être devenu un Elu, de posséder un tel pouvoir si ce n'était pas pour faire ce que je considère être le bien ? Mais l'Entité en moi n'a de cesse de me le murmurer, comme un nébuleux et effrayant avertissement : et si Donovan avait changé ?  Je me refuse à y croire mais, quand bien même... je le sauverais ! Je n'en démordrais pas !  



Serena McAllister



Elle et moi nous sommes rencontrés par le plus... disons épique... des hasard. Je venais d'être repéré, avais les miliciens aux fesses. Elle, s'était une fois de plus laissée aller à chaparder une babiole débile dans un magasin et s'était faite repérée aussi. Nous fuyions l'un et l'autre quand nos routes, nos destins et nos corps se sont percutés... de la plus brutale et douloureuse des manières d'ailleurs ! Et bien que je ne sois pas l'homme le plus romantique qui soit je dois bien dire que le caractère de cochon, la facilité déconcertante qu'elle eut alors de m'abreuver de ses plus fleuries insultes mais aussi et surtout de nous sauver la mise... Tout cela me conquit. Serena ? C'est de la dynamite... dans le plus mauvais sens du terme.  Un regard, un mot ou un geste qui ne lui plaît pas et la miss explose. Un caprice auquel l'on refuse de céder et la voilà qui, au mieux boude, au pire vous le fait chèrement payer. En clair ? Cette fille est le plus violent des poisons ! Et une insupportable garce. Mais, derrière le masque de la gamine que l'on a envie d'étrangler je sais ce qui se cache. La petite fille bien trop bousculée par la vie. La gosse qui a tant souffert qu'elle s'est forgée la plus épaisse des carapaces. Celle qui, simplement, aimerait pouvoir croire en un avenir et un monde meilleurs. C'est cette fille là que, au fil des jours, j'apprends à apprécier. A aimer même ? Faut croire. Si Serena et moi nous sommes trouvés c'est le destin. Ensemble nous nous équilibrons, pansons nos plaies et, quelque part, parvenons enfin à vivre. Et pour protéger ça, cette esquisse de bonheur, il n'y a rien que je ne sois prêt à faire. Quitte à entrer finalement en guerre ? Asmaan me dit que je n'ai pas d'autres choix. Que jamais Serena et moi ne serons tranquilles tant que la guerre durera... Asmaan ne ment jamais. Hélas. Et putain faut vraiment que j'y tienne à ma peste pour commencer à envisager de la faire cette saloperie de guerre ! J'espère au moins que Serena s'en rend compte... pas sûr. Ce qu'elle est chiante ! Ce que je l'adore... Ma malédiction, en fait, c'est elle. Et merde...  




Adam Bettancourt




Franchement, si l'on m'avait prédit que je finirais pas trouver asile dans rien de moins qu'un bordel je crois que j'aurais explosé de rire. Après tout, pour un garçon de mon âge aux hormones bouillonnantes, l'idée de vivre entouré de belles et si faciles femmes … avouez qu'il y a pire comme idée, non ? Bah, justement, non il n'y a pas pire !! Parce que, aussi bandantes soient ces filles de joies elles sont autant d'écueils qu'Adam se complaît et s'échine à mettre sur mon chemin, attendant que je succombe et commette l'erreur qui lui permettra de justifier sa si grande envie de me foutre dehors une bonne fois pour toutes. Parce qu'il est évident que si ce n'était Selena qui le lui avait demandé, jamais ce type n'aurait consenti à héberger un fuyard ! Mais, tout comme moi, il semblerait qu'Adam soit incapable de refuser quoique se soit à sa petite poupée... Ce qui, honnêtement, m'insupporte ! Il prétend l'aimer comme sa fille ? Et mon cul c'est du poulet peut-être ? Les souteneurs comme Adam ne voient jamais les femmes autrement que comme des marchandises et je suis persuadé que, une fois qu'elle aura atteint l'âge légal il fera de sa fille l'une de ses gagneuses... Connard ! Adam ne m'aime pas ? J'en ai tout autant, voir plus, au service de ce vieux pervers libidineux ! Et je n'ai pas besoin de son aide ! Si je reste ce n'est pas parce que je n'ai pas le choix mais parce que je le veux bien, compris ? Parce que rester c'est être auprès de ma dynamite adorée... pour la protéger de ce pervers bien sûr.  Et, dès que je le pourrais, alors j'emmènerais Serena loin de lui. Non mais sérieusement, comment peut-il prétendre lui offrir une vie normale en la faisant vivre dans un bordel ? Adam est un con ! C'est tout !  




Astrid Granger




Comment Dieu, ou même le Diable, ont-ils pu permettre à une telle salope de voir le jour ?! Non mais cette femme est le pire fléau que la terre ait jamais engendré ou même connu ! A côté d'elle même les Entités ressembleraient à des enfants de choeur... Astrid Granger et moi nous étions déjà croisés à Londres bien avant que la situation ne m'échappe. Et, déjà, tous les deux semblions avoir le plus sérieux des contentieux. A l'époque je n'étais encore qu'un gosse et, elle, sortait tout juste de l'Académie. J'avais été arrêté pour une connerie quelconque et ma chance légendaire avait voulu que ce soit elle qui soit chargée de m'interroger. Pas plus haute qu'une pomme, pas plus épaisse qu'une feuille de papier à cigarette mais, putain, quand elle décide de faire mal vous le sentez passer croyez moi ! La cicatrice à mon ventre, un souvenir qu'elle me laissa quand, après une plaisanterie douteuse que je lui lançais, elle joua de son scalpel sur moi. Et si, ce jour là, je pensais la détester le fait d'apprendre qu'elle était devenue la Maîtresse de Donovan me fit jurer de la dépecer vive cette connasse ! Entre ses mains personne, et encore moins mon petit frère, n'a la moindre chance de survivre... Et, histoire de corser encore un peu plus les choses, la voilà devenue Grand Maître de Londres ? Super ! Elle était déjà difficilement attaquable avant mais maintenant c'est quasiment mission impossible ! Même pour l'Elu que je suis ? Un seul moyen de savoir : essayer ! De toutes manières cette pétasse doit payer ! Pour le mal qu'elle nous a déjà fait à mon frère et moi. Pour celui qu'elle pourrait encore nous faire. Pour celui que, aussi, elle pourrait faire à Serena ? Si jamais cette connasse s'approche de ma dynamite chérie je le jure sur ce que j'ai de plus cher, je lui arracherais les tripes à mains nues ! En fait... quoique Astrid puisse faire je lui arracherais les tripes !





avatar
Messages : 87
Date d'inscription : 11/08/2016
Localisation : Rome
Le Nouvel Ordre
Voir le profil de l'utilisateur http://chouchounettetest.forumactif.org
Le Nouvel Ordre
MessageSujet: Re: Vincent Thorne ~ Hacker recherché par l'Ordre ~ PARIS Lun 2 Jan - 12:30
Admin
FINI !!! & à faire valider par mes chouchounoux cheers
avatar
Messages : 87
Date d'inscription : 11/08/2016
Localisation : Rome
Le Nouvel Ordre
Voir le profil de l'utilisateur http://chouchounettetest.forumactif.org
Le Nouvel Ordre
MessageSujet: Re: Vincent Thorne ~ Hacker recherché par l'Ordre ~ PARIS
Contenu sponsorisé
Vincent Thorne ~ Hacker recherché par l'Ordre ~ PARIS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» SNEAK PEEK L’Ordre du Chaos le 14 janvier 2012
» L'Ordre des Hospitaliers
» Charte de l'Ordre du Mérite
» Moving to Paris
» [Ordre de Mérite] Poitou

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chouchounettetest :: L'Enfer des Admins :: Les Chuppa Chups de Pv's :: Les Elus-
Sauter vers: