Partagez|
MessageSujet: Damien Mayfair Chef de la Résistance ~ LONDRES Jeu 29 Déc - 21:14
Admin
Damien Mayfair
ft. Matt Bomer

Âge : 34 ans
Statut sanguin : On ne peut plus pur et on ne peut plus fier
Situation conjugale : peut-être pas aussi veuf que ce que je le pensais...
Métier/études : Leader de la Résistance anglaise activement recherché et en fuite
Entité abritée : Esdraan
Pouvoir(s) :...
Arme(s) : Tout ce qui est nécessaire non seulement à ma survie mais à l'accomplissement de ma vengeance
Aptitude(s) spéciale(s) : Etre Elu, plus que maudit et recherché par tout ce que la Grande Bretagne compte de miliciens ne vous suffit pas comme spécificité ? Moi, si.
Signes distinctifs : J'ai, tatoué à mon annulaire le prénom de ma femme, Romy.
Caractère

Sombre ~ Désenchanté ~ Amer ~ Tenace ~ Courageux au point d'en devenir parfois bien trop téméraire … presque suicidaire ~ Froid ~ Peu sociable ~ Peu sentimental ~ Superstitieux ~ Râleur ~ Rancunier ~ Romantique au point d'en être passionné et passionnel ~ Obtus ~ Moqueur ~ Souvent blessant à ce qu'il s'en dit ~  Reconnaissant... envers les rares personnes à le mériter ~Méfiant ~ Taciturne ~ Hyper colérique ~

La Guerre & Moi

Ceux qui prétendent apprécier la guerre ne sont que de ces êtres inconscients et déments qui méprisent si bien la vie et l'Humain qu'ils fauchent les deux sans vergogne ni regrets. Et si, tout le monde vous le dira, je suis le plus impitoyable et souvent sadique des soldats je ne suis pas fier de ce que j'ai du devenir. Pour survivre et même, tenter de vivre. Des regrets et des remords, j'en suis perclus. Et il n'est pas une nuit sans que les spectres de mes victimes ne viennent me hanter, me lacérer un cœur moribond et une âme déjà en lambeaux. Car, oui, je demeure malgré tout un homme... rien qu'un putain d'homme !

Mais la guerre ravage tout sur son passage. Fauche les innocents et condamne les survivants aux plus atroces et interminables des souffrances. Et, derrière ces si beaux et haineux discours dont je ne cesse d'abreuver mes hommes, si la liberté du peuple sorcier m'importe elle n'est pas ma priorité. Je veux que la guerre cesse ! Je veux que ce monde en déliquescence et déjà perdu s'éteigne pour mieux renaître. Pour que, un jour peut-être, nos enfants aient cette chance que nous n'aurons jamais eue. Celle de choisir ce qu'ils veulent être. Celle de pouvoir s'aimer sans trembler et sans craindre que cette salope de guerre ne vienne réduire en cendres chacun de leurs espoirs et de leurs rêves.

La guerre ? Une pétasse que je rêve d'occire. Non. Que je veux, dois impérativement occire. Parce que la finir, cette chienne de guerre, sera la battre. Et, ainsi, venger Romy. Alors, et seulement alors, pourrais-je peut-être trouver la paix intérieure. Peut-être...  


Mon Histoire



En septembre 2001, le monde entier sut. Que la magie existait ? Non, cela n'était qu'un vulgaire secret que quelques Polichinelles politiciens s'amusaient à préserver. Que les Entités existaient ? Peut-être, et encore, nombreux étaient ceux à le savoir sans toutefois oser l'admettre. Que Samaël Mayfair et Samara Nemirowsky étaient des monstres ? Oui, ça, ce fut une sacrée révélation ! Eux, ces parangons de réussite et de droiture furent enfin démasqués et, chacun à leur manière, punis pour leurs crimes. La Justice Humaine, et plus encore Moldue, existait donc. Parlez moi donc de justice tiens ! Je n'étais pas même né que, déjà, mon ascendance me condamnait ! Je ne crois pas à la Justice, ni humaine ni encore moins divine ! Je ne crois qu'à une seule chose : la vengeance ! Et à ceux qui s'en plaindraient je dirais que je ne suis que le fruit de leurs haines et de leur connerie, contents ?

Ce père, dont j'ai hérité autant du prénom que de la malédiction, vécut pratiquement toute sa vie entre les murs de cette foutue ruche londonienne où il eut l'inconscience de tomber amoureux. D'une autre sorcière au sang aussi pur que sa liberté n'était qu'un lointain souvenir. Moi qui descend du plus grand, et pervers, des ministres de la Magie, je suis donc né dans une geôle crasseuse et froide. Et je grandis dans une plus minuscule et plus sordide encore ! Mon quotidien ? Interrogatoires, séances de tortures en tous genres et autres joyeusetés figurant sur la carte des délices de ces fous d'exorcistes et de miliciens. Et si je survécus ce ne fut que parce qu'ils le voulaient bien. Me tuer, moi qui descendait de deux Elus ? L'Ordre ne l'aurait pas permis. Ce fut leur plus grave erreur. Ils avaient modelé, forgé un monstre et, demain, ils devraient en affronter les conséquences. Eux aussi devraient payer !

La seconde erreur ce fut Neil Corrigan qui la commit quand, lassé de me voir lui résister, ce monstre de vanité m'aspergea d'acide, me laissant aussi défiguré qu'agonisant. Envoyé à l'hôpital de l'Ordre pour y être si ce n'est soigné du moins rafistolé, c'est là que je la rencontrais. Romy. Cette petite sorcière dont la fureur répondait si bien à la mienne et qui, pourtant, conservait cet espoir fou de voir les sorciers recouvrer un jour leur fierté plus encore que leur liberté. Et, là, ce fut moi qui commit la pire des erreurs... je l'épousais. Je l'aimais... et je l'entraînais avec moi dans cette histoire de Résistance qui ne pouvait que mal finir. On ne peut pas être soldat et homme ! On a beau tout tenter pour préserver l'équilibre celui-ci finit toujours par se rompre ! Et je l'appris à mes dépends quand Romy me fut arrachée. Ma femme périt et, avec elle, c'est à mon ultime étincelle d'humanité que je renonçais. Avec elle je rêvais d'un monde meilleur. Sans elle je ne rêvais plus que de la venger en mettant ce monde perdu à feu et à sang !

Aujourd'hui je suis devenu ce chef de guerre qui, sous ses ordres, a pris soin de rassembler toute cette lie du monde sorcier dont nul ne voudrait. Mercenaires, criminels de tous poils et Mangemorts en mal de renaissance...Mes cousins parisien et romain réprouvent mes choix mais je m'en contrefous ! S'ils veulent se bercer d'illusions aussi pieuses que naïves et persister à croire que le Bien, la Morale et la Droiture l'emporteront libre à eux ! Le jour où ils perdront ce qui leur est le plus cher au monde alors peut-être comprendront-ils que j'ai raison. Que pour vaincre l'Ordre alors il nous faut une armée à leur image. Une armée de créatures monstrueuses ! Et c'est que mes hommes et moi sommes. Des monstres sans plus attaches ni limites prêts à crever si cela permet d'anéantir la machine face à nous . Mourir ne m'effraye donc pas ? Je suis déjà mort. Le jour où Romy m'a été arrachée. Et si Esdraan, l'Entité hybride en moi, me maintient contre mon gré en vie il sait que, cette guerre que j'ai fini par embrasser avec fureur à la mort de mon épouse, je la mènerais jusqu'à son terme ! Quel qu'en soit le prix à payer !

Quant à cet Enfer que l'on me promet...J'y suis né et si je dois y retourner un jour prochain alors que j'emmène avec moi le plus de miliciens et d'exorcistes possible !

avatar
Messages : 87
Date d'inscription : 11/08/2016
Localisation : Rome
Le Nouvel Ordre
Voir le profil de l'utilisateur http://chouchounettetest.forumactif.org
Le Nouvel Ordre
MessageSujet: Re: Damien Mayfair Chef de la Résistance ~ LONDRES Jeu 29 Déc - 21:18
Admin
Mes Amis, Amours, Emmerdes...

Romy Mayfair/Gaëlle de Habsbourg



D'elle j'ignorais tant de choses... En ignore encore tant ! Quel était ce nom qu'elle ne me confia jamais ? Comment avait-elle grandi, elle, la sorcière libre dans un monde qui la honnissait pourtant tellement ? En fait, cela m'importe aussi peu aujourd'hui que cela m'importait hier. D'elle, de Romy, je connaissais l'essentiel. Ce regard d'une douceur infinie. Ces lèvres qui ne savaient mentir. Cette fureur déterminée qui répondait si bien à la mienne. Et ce besoin, aussi viscéral que vital, de croire, d'espérer ! Romy voulait vivre ! Elle qui n'en était qu'à l'aube de sa vie voulait juste avoir la chance de vivre ! Et parfois, quand les nuits sont aussi blanches que solitaires, je me demande si ce n'est pas moi qui ait, en premier, brisé ses songes. Si elle ne m'avait pas aimé, moi le monstre encore difforme... Si elle ne m'avait pas suivi dans mon insensé combat... Alors, oui, peut-être ma femme serait-elle encore en vie ! Nous voulions passer notre vie à nous aimer. Nous voulions avoir des enfants. Nous voulions, j'en souris aujourd'hui tant cela semble aussi lointain qu'irréel, la paix. Mais Romy est morte, assassinée lors de cette Rafle faite dans l'hôpital où elle tenait à continuer d'exercer. Elle est morte et son corps, lui, je fut jamais retrouvé. Pendant longtemps j'ai noyé mon chagrin dans la fureur, fait de mon engagement guerrier ma manière d'endurer un deuil bien trop dur... Et puis Esdraan est venu à moi cette nuit du 11 septembre 2101. Et, depuis, l'espoir insensé ravive et anime mon cœur. Ma femme est vivante ? Ma femme est vivante ! Esdraan ne cesse de me le hurler à m'en faire exploser le crâne ! Romy est là, quelque part, et elle m'attend. C'est fou, incroyable et impossible ! Je peine encore à seulement l'admettre mais, et si c'était vrai ? Romy... Hier je l'aimais et me lançais en guerre pour la venger. Aujourd'hui je l'aime encore et suis en guerre pour, toujours la venger, mais plus encore la ramener à moi ! Quoiqu'il en coûte ! Le prix m'importe peu ! Vraiment ? Esdraan, lui, a quelques très sérieux doutes sur le sujet. Tant pis pour lui ! Ou... tant pis pour moi ?




Taylor Evans



blabla



Caleb Denton



blabla




Adrien de Habsbourg




Mon cousin, d'une manière ou d'une autre et dont je me fous éperdument. La famille n'a jamais eu de sens à mes yeux et je doute qu'elle en ait jamais. Et lorsque je vois Adrien je ne vois jamais en lui que ce type qui, depuis qu'il sait marcher si ce n'est même avant, n'a jamais vécu que pour devenir ce chef de guerre qu'il est aujourd'hui. Adrien ? Un monstre de glace, une putain de mécanique de guerre qui m'horripile par sa droiture idiote et ses préceptes si rigides ! Monsieur mène ses troupes d'une main de fer mais tremble pour chacun d'eux dès qu'une mission se profile ? Connerie ! Comme on ne fait pas d'omelette sans casser des œufs on ne va pas à la guerre sans être prêt à sacrifier ses hommes ! Pourtant, monsieur le martyr en puissance et moi sommes alliés. Parce que nécessité fait loi, certainement... Mais, ça, c'était avant. Avant que je ne découvre que lui et moi ne partagions le plus intime et clivant des points communs. Adrien s'est marié ? Rien à foutre ! Sauf si, comme je l'ai découvert si récemment, sa femme et la mienne ne font qu'une. Comment est-ce possible ? Je l'ignore. Ce que cela change ? Peut-être rien, peut-être tout. Le masque de perfection d'Adrien se fissure un peu plus chaque jour. On le prétend infiltré, on le prétend vendu. On le dit accablé par la perte de sa femme devenue esclave, on le dit ravi de s'en être débarrassée lui qui oscille entre les bras de sa petite cousine Lucy et ceux de Roxanne Granger. Où est la vérité ? Pour ce que cela m'importe ! Le soldat, l'Elu en moi hurlent de continuer à accorder ma confiance et mon appui à ce type que l'homme amoureux et endeuillé que je suis refuse obstinément de lui accorder. Oui, notre alliance est fragile et il ne faudrait pas grand chose pour qu'elle explose en plein vol. Qu'Adrien persiste à me refuser cette confiance qu'il accorde si bien à Roméo. Qu'Adrien se laisse happer par l'Ordre et n'en finisse par en oublier qui il est. Qu'Adrien, enfin, soit bien marié à cette femme qu'il nomme Gaëlle mais qui est ma Romy... et, de toutes les raisons, cette dernière sera sûrement la plus insurmontable de toutes ! Je vous l'ai dit, l'homme en moi n'est pas mort. Et, pour récupérer sa femme, cet homme serait prêt à tout. Serait même pire que le soldat...





Eden Rookwood




La première fois que je la vis je n'avais pas plus de dix-sept ans et, elle, à peine quelques jours... Tout petit bébé perdu entre les bras de cet homme, de cet hypocrite d'exorciste qui lui donna son nom : David Corrigan... Je crois que jamais je n'ai autant haï quelqu'un que cet homme qui, bien que mort, survit au travers de son infernal fils... Neil... Lui et moi nous haïssons, avons juré la mort de l'autre et, pourtant, il fut une fois où cette âme encore plus damnée que la mienne et moi nous fîmes les plus soudés des alliés. Eden avait alors treize ans et étudiait à Poudlard quand, une nuit, elle disparut. Des jours et des jours où l'Ordre tout entier s'était mis en branle, lançant ni plus ni moins que l'état d'urgence pour retrouver celle qui demeurait pourtant introuvable. A l'époque j'avais déjà enduré le pire et demeurait confiné dans cette Ruche où, en désespoir de cause, Neil vint me trouver. Il réclamait mon aide et je la lui offrais. Pas pour m'épargner d'autres souffrances. Pas pour quémander le moindre répit ou avantage mais pour elle. Rien que pour elle. Eden fut retrouvée et lorsqu'il fut évident que David était à l'origine de sa disparition Neil et moi nous mîmes une fois de plus en chasse. Et, oui, nous tuâmes David. Eden, elle, ne garda aucun souvenir de ce douloureux et effrayant épisode. Et, bien que j'exècre l'Ordre je savais que, en son sein, Eden serait à l'abri. Du moins, je l'espérais... mais Eden a fini par grandir et prit son envol pour Rome. Où elle rencontra mon cousin... l'amour donc. Et, ce faisant, se condamna elle-même. Eden a suivi son cœur, je ne saurais l'en blâmer. Mais les conséquences de son choix sont bien plus grandes encore qu'elle ne peut le comprendre. Et le danger qui les guette, elle, Roméo et leur petit Alessandro, bien pire qu'elle ne saurait en cauchemarder. Et, moi, j'entends bien veiller sur celle pour qui je ne suis qu'un étranger, peut-être même bien un homme dont elle se méfie. Et, pourtant et en réalité, avec Roméo, je suis certainement l'homme au monde qui lui veut le plus de bien.  





Romeo Rookwood




Encore l'un de ces êtres maudits qui composent ma tentaculaire famille. Encore un cousin jeté à cœur plus qu'à corps perdu dans une guerre pour lequel il ne semblait pourtant pas fait. Et, bien que cela puisse sembler dans ma bouche être le plus acerbe des reproches, ce n'en est pas un. En fait l'homme que je suis encore parfois éprouve une sympathie certaine pour l'homme qu'est Roméo. Ce sorcier qui avait tout mais qui brûlait intérieurement de ce feu de la vengeance que je ne connais que trop bien. La rumeur publique, et pour une fois je suis bien enclin à la croire, prétend que c'est pour venger l'immolation de son grand-père Kiriel que mon cousin se lança en guerre... Ses grands-parents, son oncle et tous ces êtres que la guerre lui aura si injustement arrachés... jusqu'à cette petite Eden dont il eut, j'en suis désolé pour elle plus encore que pour lui, la folie de tomber amoureux. Ca aussi je connais. Ce sentiment que l'on tente de combattre et qui finit par si bien vous submerger qu'il devient presque le seul à vous habiter. Aimer c'est vivre... Mais, aimer, c'est aussi craindre de perdre l'objet de sa flamme. Et je ne peux blâmer Roméo, mais peut-être bien plus admirer, pour ainsi défendre sa femme et son gosse. Et, si nos égos trop bien surdimensionnés à l'un et à l'autre et mon mépris d'Adrien ne venaient si souvent nous opposer je pense que Roméo et moi pourrions bien finir par nous entendre. En fait, aussi incongru que cela lui paraîtrait sans doutes, je pense que nous nous ressemblons lui et moi. Comme les deux faces d'une médaille qui se nommerait vengeance. A lui la plus lumineuse des faces et à moi la plus sombre. Nous sommes faits pour nous entendre, ne le comprend-il donc pas ? Si nos fureurs et nos envies de faire payer à Neil ces crimes se conjuguaient alors nous pourrions remporter la guerre ! Mais Roméo et Adrien sont comme des frères et je doute que, dans le conflit qui ne manquera pas de m'opposer au parisien, Roméo prenne mon parti. Pourtant, s'il savait qui est réellement Eden, ce qu'elle est pour moi, alors peut-être comprendrait-il enfin que lui et moi sommes bien plus liés qu'il ne le soupçonne encore.  




Neil Corrigan




Le fils du plus grand connard et du plus bel hypocrite que la Terre ait connu ! David Corrigan était une ordure, son fils n'en est que la version évoluée soit bien pire encore ! Ce timbré dénué de toute conscience, de toute morale et de la moindre limite est sans doutes le plus doué des exorcistes que l'Ordre est jamais connu mais, j'en suis certain pour bien connaître le bonhomme, il sera aussi celui qui en signera la perte. Pour le bien de ces sorciers dont sa sœur Eden ne cesse de se rapprocher ? Bien sûr que non ! Neil ne détruire l'Ordre que pour mieux ériger sa propre machine, sa propre secte si entièrement dévouée à sa gloire personnelle ! Mégalomane, fou furieux et timbré nourrissant pour Eden les plus perverses des envies il est mon pire ennemi. Et si, pour elle qu'il nomme sa sœur ou sa princesse, nous fîmes équipe dans le passé je payais chèrement mon aide contre nature. Nous avons retrouvé Eden et châtié le coupable mais j'étais devenu ce témoin gênant dont Neil tenta de se débarrasser à grands jets d'acide sulfurique. Aujourd'hui je suis à la tête de la Résistance anglaise et Neil, lui, est devenu Grand Maître de Rome. La distance aurait pu étouffer nos rancoeurs mais elle n'a jamais fait que les exacerber, les rendre plus viscérales encore. Entre Neil et moi les comptes sont très loin d'être réglés ! Et, jamais au grand jamais, je ne le laisserais souiller Eden ou la faire plonger avec lui dans sa folie destructrice ! Tous les moyens seront bons pour faire chuter, mortellement tant qu'à faire, ce dément despotique. Absolument tout ! Il n'y à que deux êtres pour lesquels je serais prêt à donner ma vie volontairement : Romy et Eden. Et, pour ce qu'il a fait à l'une comme à l'autre, Neil paiera de sa vie !  




Nina Mayfair




Lorsque l'on commet l'erreur de se fier aux allures d'ange de ma cousine, alors on lui  donnerait le bon dieu sans même la moindre petite confession ! Et, pour les gens dotés d'un cœur et de peu de jugeote, alors il serait aisé de croire à sa si belle histoire. Une petite sorcière élevée entre les griffes acérées de l'Ordre qui aurait tout enduré, même l'exorcisme, pour survivre. Mais sans jamais perdre de vue son but réel : dynamiter l'Ordre et les Exorcistes de l'intérieur. Et si elle avait toujours craint de rejoindre la Résistance, lorsque Nathaniel manqua, mais que de peu, de tuer son amour d'enfance Seth O'Connelly alors elle osa franchir le pas. Et ce fut à ma porte qu'elle vint naturellement toquer. Sans doutes parce que, des trois, je suis réputé être le plus fou ? Et que cette petite perle de vanité pensait pouvoir mieux me duper que Roméo ou Adrien ? Dommage pour elle car je ne suis pas un monstre de naïveté et, son histoire, je n'y ai pas cru une seule seconde ! Pourtant, et je parie que cela a du faire grincer des dents nos deux cousins, j'en ai fait mon premier lieutenant. Toujours garder ses ennemis proches de soi, n'est-ce pas là la première des précautions à prendre ? En tous cas c'est celle que j'applique à la lettre avec ma cousine. Honnêtement je pensais finir par la tuer une fois que j'aurais réussi à lui soutirer toutes les informations possibles mais... Mais le 11 septembre 2101 eut lieu et depuis qu'Esdraan est venu m'habiter je sens qu'il me faut garder Nina en vie encore un peu. Que ce soit parce que la Rédemption l'attend ou parce qu'elle servira nos plans je m'en contrefous royalement ! A Nina de me prouver qu'Esdraan a raison et qu'elle n'est pas que cette pétasse ascendant gourde qui entend nous poignarder dans le dos les uns après les autres... Mais qu'elle ne se leurre pas : à la moindre erreur alors je la dénoncerais à Roméo et lui offrirait sa tête et ses viscères sur un plateau d'argent ! Pourquoi à Roméo? Et pas Adrien ? Parce que j'ai confiance en mon cousin romain. Et que le petit chéri de Nina bosse pour lui ... Simple à comprendre, non ?




William Rookwood




Il semblerait ce bien éloigné cousin, né comme moi dans le confort putride d'une Ruche, qui lança cette insensée mode de l'infiltration... A croire que mes cousins, hormis Roméo, ont tous un pois chiche à la place du cerveau !  Un Grand Inquisiteur qui se complaît à trahir ses maîtres pour mieux nous aider, nous, ses frères de sang ? J'avoue que j'ai eu les plus grandes des difficultés à le croire ! Pourtant ce fut de sa bouche même que l'aveu tomba. Quand, furieux et prêt à me défoncer le crâne, il vint me trouver. Il m'accusa d'avoir monté le bourrichon à sa fille... Ridicule ! Mia n'a besoin de personne, et certainement pas de moi, pour se monter la tête toute seule. Et puis en quoi est-ce ma faute si cette gamine voit en moi le père que William n'a jamais su être, lui ? Et je crois que c'est surtout cela, cette relation qui m'unit à sa tempête de fille, qui me vaut aujourd'hui plus que jamais la haine de William. Parce que monsieur ne supporte pas de me voir tisser avec l'enfant cette complicité qu'il échoua toujours à créer, lui ! Quand on la chance d'avoir une enfant, surtout une comme Mia, on en prend soin ! Et on ne lui ment pas ! William lui cache la vérité sur son rôle au sein de l'Ordre, lui tait son engagement au sein de la Résistance... Il a tort ! Et ce sont ses propres mensonges qui causent leur malheur à Mia et lui, pas moi. Moi je ne fais que donner à cette gosse un espoir dont elle a tant besoin. Et, oui, je veillerais sur elle. Pas parce que son idiot de père me l'a demandé. Mais parce que je l'aime bien. Et si cela me vaut l'aide de William je ne vais quand même pas cracher dessus !




Mia Rookwood




Le moins que l'on puisse dire de Mia c'est que, quand elle a une idée en tête, il est impossible de la faire y renoncer ! Nos routes se sont croisées, il y a tout juste quelques mois, quand la petite fugueuse qu'elle était surgit au beau milieu de ce combat qui m'opposait à des miliciens parisiens. Et quand bien même je suis réputé fou et monstrueux jamais je n'aurais pu laisser une enfant se faire blesser, ou même pire, par ma faute. Je sauvais donc la gosse... pour mieux les minutes qui suivirent avoir envie de lui arracher sa langue trop bien pendue, d'abord, sa tête de mule ensuite ! Mia c'est ce tourbillon de vie, cette quintessence d'envie qui me ramène toujours à cet enfant que Romy et moi souhaitions tant avoir. Et parfois il m'arrive d'imaginer que si nous avions eu une fille alors elle aurait ressemblé à Mia. Sans doutes est-ce pour cela que, de guerre lasse et par envie aussi, je finis par lui céder et lui faire faire ses tous premiers pas dans la Résistance. Elle n'est qu'une enfant mais elle n'a pas son pareil pour laisser ses yeux et ses oreilles traîner là où il faut et pour me ramener ces informations toujours si utiles pour mes hommes et moi. Mais c'est aussi parce qu'elle est encore, et quoiqu'elle en dise, une enfant que je ne la laisserais jamais prendre de trop grands risques. Quand bien même elle ne demande que cela, elle ! Et je ne suis pas sûr d'apprécier de la voir ainsi enquêter sur cette chose si mystérieuse qu'elle refuse même de m'en parler. Elle prétend que, si elle réussit, je serais le plus heureux des hommes. Elle est adorable mais à moins qu'elle ne puisse me mener à Romy... et si ? Ce serait fou, je sais mais pourquoi pas ? Mia a plus d'un tour dans son sac à malices après tout. Et c'est bien pour cela que je l'adore mon petit Padawan !





avatar
Messages : 87
Date d'inscription : 11/08/2016
Localisation : Rome
Le Nouvel Ordre
Voir le profil de l'utilisateur http://chouchounettetest.forumactif.org
Le Nouvel Ordre
Damien Mayfair Chef de la Résistance ~ LONDRES
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Citroen GT à Londres
» Orgie de QT a Londres en Aout
» Un chef corsaire elfe noir ( tentative )
» 2010-11: Equipe de Virus : "J'ai glissé chef, cool rasta"
» Londres: où acheter?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chouchounettetest :: L'Enfer des Admins :: Les Chuppa Chups de Pv's :: Les Elus-
Sauter vers: